Chargement

Propos à connotation sexuelle = harcèlement

Posté le : 08/01/2018

Lors d'une conversation téléphonique pendant ses heures de travail, un salarié tient des propos à connotation ouvertement sexuelle à l'égard d'une jeune intérimaire de 21 ans nouvellement arrivée. Licencié pour faute, il conteste cette décision en justice faisant valoir qu’après 25 ans d'ancienneté ayant donné toute satisfaction à son employeur, la sanction lui semblait disproportionnée. En vain. Selon la Cour de cassation, les propos tenus envers la jeune intérimaire, tels que « Bah dit donc, comment fais-tu pour tes relations sexuelles ? Tu prends tes doigts ? », sont de nature à caractériser un harcèlement sexuel constitutif, à tout le moins,  d'une cause réelle et sérieuse de licenciement et ce, quel que soit le passé du salarié.

La décision de justice

Autres articles

Absence de visite médicale pendant 30 ans

Pendant un arrêt maladie, une salariée saisit la justice afin de voir prononcer la résiliation judiciaire de son contrat de travail.

Lire la suite

Lettre de démission rédigée par l’employeur

Lors de sa visite médicale de reprise, une salariée, qui avait été victime d’un accident du travail, est déclarée apte, mais avec restriction.

Lire la suite

Falsifier un CV peut être une faute grave

Lors de son entretien d’embauche, un salarié justifie d’une certaine expérience en faisant croire qu’il avait travaillé pour l’entreprise concurrente.

Lire la suite

Clause de mobilité et licenciement

Un salarié refuse pendant plusieurs mois, en violation de la clause de mobilité prévue à son contrat de travail et malgré les lettres de mise en demeure qu'il reçoit de son employeur, de rejoindre successivement deux nouvelles affectations sur des lieux de travail différents.

Lire la suite

Calcul de l’ancienneté

Un salarié dont les différents contrats de travail à durée déterminée (CDD) sont requalifiés en un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est réputé avoir occupé un emploi à durée indéterminée depuis le jour de son engagement lors du premier CDD.

Lire la suite

Solde de tout compte : 6 mois pour contester !

Un salarié démissionne. Il signe, lors de son départ, un document indiquant qu'une somme lui avait été versée pour solde de tout compte en paiement des salaires, accessoires du salaire, remboursement de frais et indemnités de toute nature dus au titre de l'exécution et de la cessation de son contrat de travail.

Lire la suite

Copyright @ ACTUSITE 2018 - Mentions légales