Chargement

Rupture conventionnelle : quelle date retenir pour le notification de la rétractation ?

Posté le : 26/02/2018

Le salarié et l'employeur signataires d'une rupture conventionnelle disposent chacun d'un délai de 15 jours calendaires pour se rétracter, par l'envoi d'une lettre adressée par tout moyen. Mais faut-il se référer à la date d'envoi de son courrier de rétractation ou à la date de réception par l'employeur ? Pour la Cour de cassation, il faut se référer à la date d'envoi de son courrier de rétractation et non pas à la date de réception par l'employeur. En l'occurrence, après la signature d'une convention de rupture le 12 mars, le salarié s'est rétracté par une LRAR envoyée le 27 mars (dernier jour du délai de 15 jours calendaires) et reçue par l'employeur le 31 mars.

Cass. soc. 14 février 2018, n° 17-10035 FSPB

Autres articles

L’ancienneté n’excuse pas tout !

Un employeur reproche à l’un de ses salariés, pilote de ligne, d’avoir commis des manquements graves aux règles de sécurité à l’occasion d’un vol long courrier.

Lire la suite

Licenciement pour faute lourde

La faute lourde suppose, pour le salarié, l’intention de nuire à son employeur.

Lire la suite

Peut-on travailler chez un concurrent pendant les vacances ?

Le salarié qui, pendant ses congés payés, travaille chez un concurrent commet une faute grave pouvant entraîner son licenciement.

Lire la suite

Sanction disciplinaire et prescription

Une salariée est licenciée en novembre 2011 pour faute grave. Faisant valoir que son employeur avait agi trop tardivement, elle conteste cette mesure en justice

Lire la suite

Pas d’indemnisation sans préjudice

Un salarié licencié pour faute grave réclame à son employeur des dommages-intérêts pour non-respect de la procédure de licenciement.

Lire la suite

Responsabilité pécuniaire du salarié

Un salarié, engagé comme chauffeur poids lourd, est licencié pour faute grave. Son employeur lui reproche d’avoir conduit un véhicule de l’entreprise sans permis de conduire valable.

Lire la suite