Chargement

Une clause de mobilité nationale est valable

Posté le : 02/05/2018

Une salariée promue accepte l’insertion dans son contrat de travail d’une clause de mobilité portant sur l’ensemble du territoire français. A son retour de congé maternité, elle est informée par son employeur du transfert de son poste dans une autre ville (située à plus de 400 kilomètres). Licenciée pour avoir refuser cette mutation, elle saisit la justice  En vain. Dès lors que la clause de mobilité définit de façon précise sa zone géographique d’application (en l’occurrence le territoire français), les juges ne peuvent prononcer sa nullité au motif que, sans indication des lieux d’implantation des sites potentiels de travail, elle empêcherait le salarié d’avoir connaissance de l’étendue de son obligation contractuelle.

> La décision de justice

Autres articles

Clause de mobilité et licenciement

Un salarié refuse pendant plusieurs mois, en violation de la clause de mobilité prévue à son contrat de travail et malgré les lettres de mise en demeure qu'il reçoit de son employeur, de rejoindre successivement deux nouvelles affectations sur des lieux de travail différents.

Lire la suite

Clause de non-concurrence : pas de minoration

Le contrat de travail d’une salariée comporte une clause de non-concurrence.

Lire la suite

Quand les objectifs deviennent irréalisables

Suite à la fixation de nouveaux objectifs, qu’elle estime irréalisables, une salariée sollicite la résiliation judiciaire de son contrat travail aux torts de son employeur.

Lire la suite

Absence de visite médicale pendant 30 ans

Pendant un arrêt maladie, une salariée saisit la justice afin de voir prononcer la résiliation judiciaire de son contrat de travail.

Lire la suite

Calcul de l’ancienneté

Un salarié dont les différents contrats de travail à durée déterminée (CDD) sont requalifiés en un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est réputé avoir occupé un emploi à durée indéterminée depuis le jour de son engagement lors du premier CDD.

Lire la suite

Promesse d’embauche et formalisme

Un salarié réclame la requalification de son contrat de travail à durée déterminée (CDD) en contrat de travail à durée indéterminée (CDI) au motif que la promesse d’embauche qui lui avait été remise quelques semaines avant le début de son activité ne comportait pas le formalisme exigé en matière de CDD.

Lire la suite

Copyright @ ACTUSITE 2018 - Mentions légales