Chargement

Une clause d’exclusivité doit être précise

Posté le : 25/06/2018

Un salarié est licencié. Son employeur lui reproche d’avoir créé sa propre société en parallèle de son emploi alors que son contrat de travail comportait une clause exigeant de lui qu’il demande l’autorisation préalable de son employeur avant d’exercer « toute activité complémentaire ». Mais pour la Cour de cassation, ce motif de licenciement n’est pas valable, la clause d’exclusivité sur lequel il s’appuie n’étant pas rédigée en termes suffisamment précis. En effet, ne sachant pas quelles « activités complémentaires » étaient visées (activités bénévoles ou lucratives, activités professionnelles ou de loisirs), le juge ne peut vérifier si la restriction à la liberté du travail du salarié est justifiée et proportionnée.

> La décision de justice

Autres articles

Responsabilité pécuniaire du salarié

Un salarié, engagé comme chauffeur poids lourd, est licencié pour faute grave. Son employeur lui reproche d’avoir conduit un véhicule de l’entreprise sans permis de conduire valable.

Lire la suite

Heures supplémentaires : à qui la preuve ?

Un salarié reproche à son employeur de n’avoir pas respecté, au sein de son entreprise, la durée maximale hebdomadaire du travail et les durées minimales de repos.

Lire la suite

Prise de congé sans l’accord de l’employeur

Après avoir constaté que le salarié avait pris des congés sans avoir obtenu l’autorisation préalable de son employeur, les juges confirment que son licenciement est justifié.

Lire la suite

Responsabilité pécuniaire du salarié

Un homme, auquel il est reproché plusieurs détournements de fonds au préjudice des clients de la société pour laquelle il travaille, est licencié pour faute grave.

Lire la suite

Pas d’indemnisation sans préjudice

Un salarié licencié pour faute grave réclame à son employeur des dommages-intérêts pour non-respect de la procédure de licenciement.

Lire la suite

Rupture conventionnelle et homologation

Un salarié et son employeur signent une rupture conventionnelle mais la direction régionale des entreprises, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) refuse son homologation...

Lire la suite