Chargement

Rupture conventionnelle : 2ème chance

Posté le : 09/07/2018

La non-homologation d’une rupture conventionnelle par l’inspection du travail n’interdit pas à l’employeur et au salarié de conclure, à nouveau, une nouvelle convention de rupture tenant compte des observations de l’administration. Mais dans ce cas, le salarié doit alors bénéficier d’un nouveau délai de rétractation de 15 jours. La seconde convention de rupture ne peut donc pas conserver la même date d’expiration du délai de rétraction que la première… Il importe peu, en effet, que seul un point ait été modifié entre les deux versions (en l’occurrence, dans cette affaire, seul le montant de l’indemnité de rupture, inférieur au minimum conventionnel dans la première version, avait fait l’objet d’un réajustement dans la seconde).

> La décision de justice

Autres articles

Rupture conventionnelle et homologation

Un salarié et son employeur signent une rupture conventionnelle mais la direction régionale des entreprises, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) refuse son homologation...

Lire la suite

Rupture conventionnelle et remise de documents

Un employeur signe avec un salarié une rupture conventionnelle puis, sans attendre la décision d’homologation

Lire la suite

Rupture conventionnelle et accident du travail

A l’occasion d’un conflit qui lui était soumis, la Cour de cassation a rappelé qu’il est possible de conclure une rupture conventionnelle pendant la période de suspension du contrat de travail consécutive à un accident du travail ou une maladie professionnelle.

Lire la suite

Période d’essai rompue : pas d’indemnité

La rupture de la période d’essai par l’employeur ne donne droit à aucune indemnité au salarié.

Lire la suite

Droit à l’indemnité pour travail dissimulé

Des salariés réclament à leur employeur une indemnité pour travail dissimulé.

Lire la suite

Clause de non-concurrence : pas de minoration

Le contrat de travail d’une salariée comporte une clause de non-concurrence.

Lire la suite